Journée d’étude "Regards croisés sur l'estuaire"

Dans le cadre de l’opération d’inventaire du patrimoine architectural et paysager des communes riveraines de l’estuaire de la Gironde, menée depuis 2010 en partenariat avec le Conseil général de la Gironde, une journée d’étude a été organisée le 16 septembre 2011 à l’Hôtel de Région sur les thèmes de l’architecture et des paysages estuariens.
Cette journée d’étude avait pour objectif d’exposer les premiers résultats de l’enquête d’inventaire menée en Aquitaine comme en Poitou-Charentes mais aussi de croiser les regards sur l’estuaire, au travers d’interventions de spécialistes. Cette approche pluridisciplinaire était autant destinée aux chercheurs et aux étudiants qu’à un plus large public intéressé par les questions patrimoniales.

Les interventions de cette journée sont désormais disponibles en format audio : retrouvez et écoutez les communications proposées lors de cette journée et les échanges qui ont enrichi le débat et la réflexion sur l’estuaire et son patrimoine. Crédits photo : © Alban Gilbert

Sommaire

Discours d'introduction

>Discours de Philippe Dorthe, conseiller régional délégué au patrimoine

>Discours d’Alain Renard, vice-président chargé de la protection et gestion de l’espace environnemental et des ressources naturelles et énergétiques au Conseil général de la Gironde

>Discours d’Éric Cron, chef du service du patrimoine et de l’Inventaire, Région Aquitaine

>Discours de Louis Bergès, directeur des Archives départementales, Conseil général de la Gironde

Vers le haut!

Présentation de l’opération d’inventaire du patrimoine architectural et paysager de l’estuaire de la Gironde

Depuis 2010, la Région Aquitaine et le Conseil général de la Gironde, considérant que le patrimoine estuarien représente une composante essentielle de l’identité du territoire, se sont engagés dans une démarche d’inventaire du patrimoine architectural et paysager des 34 communes riveraines de l’estuaire. De son côté, la Région Poitou-Charentes mène une étude similaire dans le cadre d’une collaboration scientifique et technique.
L’objectif est de constituer un socle de connaissances sur le patrimoine de ce territoire, préalable indispensable à la mise en œuvre des politiques publiques en matière d’aménagement du territoire, de développement économique, de protection patrimoniale et environnementale, d’actions associatives et touristiques.

>Présentation générale par Claire Steimer, conservateur du patrimoine, service du patrimoine et de l’Inventaire, Région Aquitaine

Lire le support de présentation de cette communication :

 

>Une thématique d’étude : l’architecture viticole, par Alain Beschi, conservateur du patrimoine, service du patrimoine et de l’Inventaire, Région Aquitaine

Lire le support de présentation de cette communication :
Le patrimoine viticole des bords de l'estuaire de la Gironde

 >Présentation du dossier électronique, par Caroline Bordes, chargée de mission au Conseil général de la Gironde

Vers le haut!

Table ronde

Qu'il s'agisse de gestion de paysages et de biodiversité, de patrimoine naturel ou culturel, l'estuaire de la Gironde revêt une forte identité. Depuis la fin des années 1990, il est l’objet, sur ses deux rives, d’investigations croisées menées dans divers cadres institutionnels : par l’État (DREAL, DRAC), les collectivités territoriales (régions, conseils généraux, communautés de communes, pays), un établissement public (Syndicat Mixte pour le Développement Durable de l’Estuaire de la Gironde – SMIDDEST). Nombre d’associations (Conservatoire de l’estuaire, association Océan, Amis du Vitrezais, Pétronille, Réseau des sites majeurs Vauban, Gens d’Estuaire…) œuvrent aussi à l’animation de ce territoire.
L’opération d’inventaire du patrimoine architectural et paysager fait partie de ces initiatives menées sur le territoire dans le but de mieux connaître, protéger et valoriser les patrimoines.

L’objectif de la table ronde est de confronter les points de vue des différents acteurs à travers les projets qui contribuent au développement du territoire et qui reflètent les enjeux patrimoniaux de l’estuaire.
- À quelle échelle de territoire ces projets sont-ils menés, quel périmètre d’action choisir ?
- Ces projets peuvent-ils favoriser le rapprochement des deux rives ?
- Quelle est la prise en compte du patrimoine architectural dans la protection des sites naturels ?
- Quels sont les outils de mise en œuvre de ces projets de territoire, quels sont leurs apports, leurs limites ?

La table ronde est animée par Bernard Brunet, architecte-paysagiste et urbaniste au CAUE de la Gironde. Dans le cadre de sa mission au CAUE, il contribue à la promotion de la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement. Il est par ailleurs enseignant à l’École nationale d’architecture et de paysage de Bordeaux.

Vers le haut!

1ère partie : introduction


>Les coups de cœur estuariens des intervenants

Vers le haut!

2e partie : interventions de Philippe Lacourt et Guillemette Rolland

 

Philippe Lacourt est propriétaire du Refuge de l’île de Patiras et s’investit pleinement dans l’association Gens d’Estuaire. L’association agit pour le développement touristique, sportif, culturel et économique de l’estuaire de la Gironde et cherche à faire du fleuve le trait d’union entre les rives et les îles, entre amont et aval.

Guillemette Rolland est déléguée régionale du Conservatoire du littoral pour l’Aquitaine. Établissement public créé en 1975, le Conservatoire du littoral mène une politique foncière visant à la protection définitive des espaces naturels et des paysages sur les rivages maritimes et lacustres.
Il acquiert des terrains fragiles ou menacés et, après avoir fait les travaux de remise en état nécessaires, en confie la gestion aux communes, à d'autres collectivités locales ou à des associations.
Sur les bords de l’estuaire, en Aquitaine, le Conservatoire du littoral intervient sur les îles (Nouvelle, Verte/Sourget) et sur les dunes du nord Médoc. En Poitou-Charentes, ce sont la presqu’île d’Arvert et les rives nord de la Gironde qui bénéficient de toute son attention.

>Interventions de Philippe Lacourt et Guillemette Rolland

Vers le haut!

3e partie : interventions de Yohann Chatelier et Nathalie Gascoin

 

Yohann Chatelier a suivi une formation d’historien puis d'urbaniste à l'Institut d'Aménagement, de Tourisme et d'Urbanisme de Bordeaux 3 et à l'École d'architecture et de paysage de Bordeaux. Il crée le cabinet Metropolis en 2005 et le groupement At’ Metropolis en 2011, regroupant des activités d’architecture, d’urbanisme et de paysage afin d’avoir des réponses toujours plus complètes et plus opérationnelles aux problématiques complexes des territoires et des collectivités. Il travaille actuellement sur le projet de Plan local d’urbanisme (PLU) et d’Aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP) de Blaye et Cussac-Fort-Médoc. Il intervient également sur les communes de Prignac-et-Marcamps, Bayon-sur-Gironde, Gauriac, Villeneuve ou encore la Communauté de communes de l’Estuaire. À travers ces différents exemples, il témoignera de son expérience en matière de prise en compte du patrimoine naturel et bâti dans les documents d’urbanisme.

Nathalie Gascoin est chef du bureau d'appui technologique et information numérique des Archives départementales de la Gironde. Elle anime notamment le Réseau Estuaire, mis en place par le Conseil général de la Gironde, afin de favoriser la connaissance de ce territoire et d’en valoriser les ressources documentaires.
Il s’agit de rendre accessible le patrimoine, en créant un réseau entre des partenaires détenant des ressources documentaires variées : archives, cartes, livres, revues, films, etc. En s'appuyant sur les nouvelles technologies, le réseau centralise le recensement de ces ressources afin que tous les publics puissent les localiser.
Le Réseau Estuaire s’inscrit ainsi dans le programme État – Région de la Banque numérique du savoir d’Aquitaine (BnsA) et dans le projet EuropeanaLocal (bibliothèque numérique européenne).

>Interventions de Yohann Chatelier et Nathalie Gascoin

Vers le haut!

4e partie : interventions de Magali Pautis et Michel Daverat

 

Magali Pautis est chargée de mission Estuaire au Conseil général de la Gironde. Elle contribue à la mise en œuvre de la politique du Conseil général sur le périmètre estuarien. Elle travaille notamment en lien étroit avec le SMIDDEST.

Michel Daverat est conseiller régional délégué au patrimoine naturel et à la biodiversité. Il suit et s’investit dans de nombreux projets concernant le patrimoine naturel. Dans le cadre de sa délégation au Conseil régional, il s’occupe des questions concernant les Parcs Naturels Régionaux, les Réserves Naturelles Régionales, les Contrats Aquitaine Nature et les Contrats Éducation à l'Environnement.
Il assure également le suivi des projets des Parcs Naturels Marins du Bassin d’Arcachon et de l’Estuaire de la Gironde - Pertuis Charentais, ainsi que celui du Parc Naturel Régional Médoc.

>Interventions de Magali Pautis et Michel Daverat :

Vers le haut!

5e partie : débat

 

>Débat table ronde

Vers le haut!

Croiser les regards sur l’estuaire : conférences

L’après-midi était consacrée à des conférences d’historiens, de géographes, de conservateurs, d’architectes… sur les thèmes de l’architecture et des paysages de l’estuaire.
Philippe Araguas, professeur d’histoire de l’art à l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3, a accepté d’endosser le rôle du modérateur.

Conférence d'Anne-Marie Cocula

Agrégée d’histoire, elle est professeur émérite de l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3, où elle a enseigné l’histoire des Temps modernes (XVIe-XVIIIe siècles). De 1994 à 1999, elle a assuré la présidence de cette université et de la conférence des présidents d’universités d’Aquitaine. Elle s’est spécialisée dans l’histoire de la Dordogne et du Périgord auxquels elle a consacré de nombreux ouvrages.
Elle travaille également sur l’époque des guerres de religion et sur l’histoire des institutions de Bordeaux et de la Guyenne à l’époque de Montaigne et de La Boétie. Elle poursuit aussi ses recherches sur l’histoire nationale et européenne des rivières et des fleuves.

>Conférence introductive

Vers le haut!

Conférence de Philippe Roudié

Professeur émérite de géographie à l'université Michel de Montaigne Bordeaux 3 qu'il n'a jamais quittée depuis l'agrégation en 1964. Auteur de près de 180 publications dont plus de la moitié consacrées à la géographie viti-vinicole notamment de Porto et surtout du Bordelais auquel il a consacré sa thèse de doctorat d'État en 1980, en partie publiée aux Presses Universitaires de Bordeaux sous le titre « Vignobles et vignerons du Bordelais 1850-1980 ».

 

L’estuaire de la Gironde : regards d’un géographe
La Gironde, l'un des plus grands estuaires européens, marque profondément le département qui porte son nom depuis plus de deux siècles, et dont il est en quelque sorte l'ossature liquide. Cette véritable mer intérieure d'orientation sud-nord, exhibe au-delà d'un milieu hydrologique puissant aux richesses halieutiques variées, des paysages naturels contrastés, où s'opposent rive droite et rive gauche, amont et aval, marais tourbeux et « falaises » calcaires, vases stériles et alluvions fertiles... Mais cet espace est aussi profondément marqué par une longue histoire où son rôle de voie de passage entre un vaste arrière-pays et un océan ouvert sur le Nord et l'Ouest a été déterminant ! Voie commerciale mais aussi axe stratégique, l'estuaire est entouré de zones agricoles aux productions variées mais où la vigne triomphe avec deux des vignobles les plus prestigieux du monde, à savoir Cognac et Médoc !

>Conférence de Philippe Roudié

Vers le haut!

Conférence de Yannis Suire

Conservateur du patrimoine au service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Poitou-Charentes, il mène depuis 2010 l'inventaire des communes riveraines de l'estuaire de la Gironde. Spécialiste en histoire de l'environnement, il est l’auteur en 2002 d'une thèse d'École des Chartes sur « l'homme et l'environnement dans le Marais poitevin du XVIe à l'aube du XXe siècle », publiée en 2006 au Centre vendéen de recherches historiques. Il a également publié, en mai 2011, « La côte et les marais du Bas Poitou vers 1700 », édition des cartes, plans et mémoires de l'ingénieur du roi Claude Masse concernant les actuelles côtes vendéennes.

Patrimoine et histoire de l’environnement : premiers résultats de l’inventaire du patrimoine des communes riveraines de l’estuaire de la Gironde en Poitou-Charentes
Mené depuis début 2010, l'inventaire du patrimoine des communes riveraines de l'estuaire de la Gironde met l'accent sur les relations entre l'homme et son environnement et sur tout ce qui, parmi le patrimoine bâti aujourd'hui observé, traduit ces relations étroites, sur le long terme. L'inventaire permet ainsi de mettre en évidence aussi bien les maisons, anciennes fermes, églises et châteaux, que les ouvrages hydrauliques de gestion des marais côtiers (digues, portes...), les aménagements portuaires, les outils d'utilisation de la ressource en eau (moulins à eau, fontaines, lavoirs...) ou en air (moulins à vent), etc. L'inventaire permet également de dégager les grandes lignes de l'évolution de l'occupation du sol (donc des paysages) ces derniers siècles, et notamment à travers l'analyse des sources cartographiques.

>Conférence de Yannis Suire

>Questions posées à Philippe Roudié et  Yannis Suire

Vers le haut!

Conférence de Jacques Péret

Professeur d'histoire moderne à l'université de Poitiers, il est également responsable d'un programme de recherche Université de Poitiers et Région Poitou-Charentes sur les « Paysages et patrimoine du Centre-Ouest ». Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles sur l'histoire du Poitou, des pays charentais et de l’estuaire de la Gironde (Cordouan, l’embouchure). Il est par ailleurs directeur de la collection « Pays d'Histoire » chez Geste éditions. Ses recherches s'attachent depuis plusieurs années à la vie maritime et au littoral avec notamment son ouvrage « Naufrages et pilleurs d'épaves sur les côtes charentaises ».

Histoire et représentation des paysages de l’embouchure de la Gironde depuis le XVIIe siècle
La communication s'inscrit dans le cadre des recherches de l'équipe de l'université de Poitiers « Paysages et patrimoine du Centre-Ouest » (programme CPER) visant à analyser et comprendre l'évolution des paysages sur la longue durée, du XVIIe siècle à aujourd'hui, à travers leurs représentations. L'embouchure de la Gironde constitue en cela un observatoire privilégié, espace stratégique qui a donné lieu à une abondante production cartographique. Les paysages y sont à la fois très contrastés, notamment entre les rives saintongeaises et médocaines, reflet d'occupations humaines, d'aménagements et d'activités très différenciées. Les évolutions depuis le XVIIe siècle y sont également très spectaculaires selon de véritables cycles séculaires où se croisent et se télescopent phénomènes « naturels » (fluctuations du trait de côte, invasion des sables) et aménagements déterminant pour les paysages (fixation et plantation des espaces dunaires, dessèchements des marais et surtout impact de la balnéarisation à partir du XIXe siècle). Cette communication s'appuiera sur un ensemble de cartes anciennes mais aussi sur des cartes postales qui permettent avec précaution de saisir les évolutions paysagères.

 >Conférence de Jacques Péret (1ère partie)

>Conférence de Jacques Péret (2e partie)

Vers le haut!

Conférence de Jean-Pierre Bériac

Chargé d’études documentaires aux Archives départementales de la Gironde de 1971 à 2001, puis enseignant à l’École nationale d’architecture et de paysage de Bordeaux jusqu’en 2008, il assure encore le cours d’histoire de l’art des jardins dans la formation Paysage.
Il débute ses recherches sur l’histoire des jardins en 1982. Ancien élève de l’École des Beaux Arts, il se passionne pour ce domaine : publications en France et à l’étranger, interventions sur le terrain avec des paysagistes en Aquitaine mais aussi dans d’autres régions (Centre, Île-de-France, Franche-Comté).

 

Le jardin, un marqueur du paysage
Dans un territoire de monoculture, comment signale-t-on un chef de domaine et les terres qui en relèvent ? Les deux rives de l’estuaire présentent de profondes différences morphologiques. L’une est plus riche que l’autre aussi. Les jardins racontent. Il y a par ailleurs ces petites choses au ras de l’eau qu’il ne faut pas oublier car elles sont précieuses. Il ne s’agit en aucune manière d’attribuer des « étoiles » à ces créations mais d’observer simplement comment elles furent implantées.

>Conférence de Jean-Pierre Bériac

Vers le haut!

Conférence de Caroline Le Mao

Agrégée d'histoire, maître de conférences en histoire moderne, à l'université Michel de Montaigne Bordeaux 3, elle vient d'être élue membre junior de l'Institut Universitaire de France et développe ses travaux dans le cadre du Centre d'Études des Mondes Moderne et Contemporain. Elle a consacré sa thèse à l'étude du Parlement de Bordeaux et de ses magistrats au temps de Louis XIV, travail publié sous la forme de deux ouvrages (« Les fortunes de Thémis, vie des magistrats du Parlement de Bordeaux au temps de Louis XIV », Pessac, FHSO, 2006 ;
« Parlement et parlementaires. Bordeaux au Grand Siècle », Seyssel, Champ Vallon, 2007). Si elle poursuit ses travaux sur les magistrats du parlement et les élites urbaines, ses nouvelles recherches concernent les fournisseurs de la marine de guerre française au temps de la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697).

 

Les magistrats du parlement de Bordeaux et l’estuaire sous Louis XIV
Dans son étude des magistrats du Parlement de Bordeaux de la veille de la Révolution, l'historien anglais William Doyle a pu avancer que l’on pouvait descendre les rives de la Garonne jusqu’aux portes de La Réole sans jamais quitter les terres parlementaires. Mais qu'en était-il, dès lors que l'on empruntait le chemin inverse ? Les rives de l'estuaire avaient-elles, elles aussi, étanché la soif de terre des magistrats du Parlement de Bordeaux ? Cette question peut-elle être posée avec pertinence pour le règne de Louis XIV, dont on sait qu'il fut difficile pour nombre de provinces, dont celle de Bordeaux ? Après avoir précisé, par une approche croisée, la présence des magistrats le long de l'estuaire et la place de ces propriétés au sein des patrimoines parlementaires, on essaiera de comprendre comment les magistrats ont réussi à s'implanter sur les rives de la Gironde, et en quoi leur présence a pu contribuer à transformer le paysage.

>Conférence de Caroline Le Mao

Vers le haut!

A l’occasion de la journée d’étude…

La journée d’étude a également été l’occasion de présenter les ressources du centre de ressources documentaire du service et les actions menées par le Conservatoire de l’estuaire.

Des photographies d’Adrienne Barroche et Michel Dubau, photographes du service du patrimoine et de l’Inventaire, ont été exposées du 1er au 30 septembre 2011 dans le hall de l’Hôtel de Région : l'exposition "Regards sur le verrou de l'estuaire" a été réalisée à l’occasion de la récente publication de l’ouvrage Vauban, Blaye et le verrou de l’estuaire dans la collection régionale Visages du patrimoine.

Destinée à être présentée gratuitement, cette exposition peut être empruntée à titre gracieux, sur simple demande, par des lycées, mairies ou associations de la région.

Vers le haut!