Etude urbaine de la ville de Pau

La Région Aquitaine et la ville de Pau sont liées par une convention pluriannuelle de partenariat pour la conduite d’une opération d’inventaire liée à la candidature de la ville au label Ville d’art et d’histoire.
Cette opération de recensement, concernant essentiellement le patrimoine architectural, vise aussi à mieux connaître les modalités d’occupation du sol et d’aménagement spatial et paysager, du village médiéval jusqu’à la ville de villégiature de l’époque contemporaine. Elle trouve une application directe dans le réexamen du cahier de prescriptions de la ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager) créée en 2007, sa transformation programmée en Avap (aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine) et dans l’établissement d’une politique de valorisation du patrimoine riche, ambitieuse et de qualité.

Pau est une agglomération née à l’époque médiévale du franchissement d’un cours d’eau sur une voie de transhumance d’orientation nord-sud reliant les plaines béarnaises aux pâturages pyrénéens. La distribution des cours d’eau encadrant l’éperon comme la présence des vallées pyrénéennes ont contraint et modelé le développement du bâti dans ses limites d’expansion comme dans son architecture. Du Moyen Âge jusqu’au XVIIe siècle, la ville occupe un plateau contrôlé par le château à l’ouest et encadré par différents cours d’eau, au sud l’Ousse et le gave de Pau, au nord le Hédas. Le développement de la ville s’effectue d’ouest en est dans un premier temps, puis, entre le XVIIe et le début du XXe siècle, s’affranchit de ces obstacles naturels pour, notamment, se développer vers le nord.
La morphologie du centre historique répond au lotissement médiéval, tout en présentant des caractéristiques architecturales qui témoignent des réaménagements de l’habitat populaire ou parlementaire du XVIIe au XIXe siècle, ainsi que de la construction, reconstruction ou disparition, à ces dates, des pôles religieux (églises paroissiales, couvents et temples) ou publics (halle, portes, parlement de Navarre). Au centre ancien viennent s’agglomérer pour la période contemporaine les terrains et quartiers lotis, notamment, pour les besoins de la villégiature : unités individuelles d’habitat ou résidences locatives, accompagnées d’aménagements urbains spécifiques, jardins, voirie, équipements de loisirs, etc.

En centre ville, le repérage du bâti est exhaustif. Sur les quartiers extérieurs au centre ancien, eu égard au temps limité de l’enquête, une approche thématique est mise en œuvre, privilégiant les thèmes du patrimoine industriel ou de villégiature.
D’ores et déjà, les premières enquêtes menées sur le centre ville font apparaître de passionnants phénomènes architecturaux (appropriation de modèles « nationaux », permanences sur de longues périodes de formes ou de mises en œuvre vernaculaires) qui font de Pau une belle illustration des allers et retours entre modèles savants et pratiques locales.