Vue générale de la ville de Saint-Emilion
Vue générale de la ville de Saint-Emilion

L’architecture civile médiévale de Saint-Emilion

L’étude thématique, menée par l’archéologue du bâti Agnès Marin, porte sur l’architecture civile médiévale de la ville de Saint-Emilion. Elle s’inscrit dans le cadre d’un projet collectif de recherche conduit par l’institut Ausonius (Unité mixte de recherche CNRS-Université Bordeaux 3) dont l’intitulé – Saint-Emilion et sa juridiction ; genèse, architectures et formes d’un territoire – exprime bien l’ambition d’appréhender la globalité de l’espace d’une agglomération de formation ancienne dans ses relations avec le terroir dont elle est issue et qu’elle a contribué à façonner.

Sur la base d’une importante documentation préliminaire, constituée notamment par l’historien de l’architecture domestique médiévale Pierre Garrigou Grandchamp, le bilan d’une première approche permet de dénombrer une cinquantaine d’unités d’habitation pouvant être attribuées à la période XIIe-XIVe siècle. Sur les presque 400 unités parcellaires que compte l’agglomération intra-muros, cette première moisson révèle un potentiel archéologique exceptionnel en Aquitaine pour ce thème de recherche.

L’approche exhaustive qui prévaut ici est favorisée par la convention passée entre la communauté de communes de Saint-Emilion et la Région Aquitaine, par laquelle compétence est confiée au service du patrimoine et de l’inventaire de définir les objectifs et les modalités de l’étude d’inventaire thématique. Cette recherche est donc conduite selon les normes de l’Inventaire général du patrimoine culturel afin de répondre aux exigences d’harmonisation et de mise à disposition de la documentation. A cet effet, le service de la connaissance du patrimoine de la Région Midi-Pyrénées a mis à disposition son outil de production de dossiers électroniques RenablMP.
Le service régional de l’Archéologie de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC Aquitaine/Ministère de la culture) est également associé au programme : en fonction des potentiels archéologiques repérés au sein des unités d’habitation visitées, des conditions d’accès, des moyens logistiques disponibles et des capacités de valorisation des divers éléments de bâti, une sélection argumentée d’édifices doit être proposée en vue d’en réaliser l’étude archéologique exhaustive selon les méthodes de l’archéologie du bâti.
Cette double approche d’inventaire systématique et d’analyse archéologique doit contribuer à produire une documentation riche et exploitable pour l’élaboration de publications de valorisation d’une part, et d’un ouvrage collectif scientifique portant sur les formes de l’architecture domestique à Saint-Emilion et sur le territoire de sa juridiction.