Guéthary
Guéthary

La villégiature en Aquitaine : la côte Basque

À la suite de l’opération de recensement menée sur Hossegor, le service entreprend dans les années 1990 une vaste opération concernant l’architecture de la villégiature de la côte basque. Pour couvrir ce champ, le choix est fait d’étudier, sur le territoire des communes de l’ensemble de la côte, le patrimoine des années 1850 à 1950, quel qu’il soit (communes concernées : Bayonne — hors secteur sauvegardé —, Anglet, Biarritz, Bidart, Guéthary, Saint-Jean-de-Luz, Ciboure, Hendaye, Ascain, Urrugne). Ce faisant, et en intégrant à l’aire d’étude des communes qui ne sont pas strictement littorales (Bayonne, Urrugne, Ascain), l’opération permet non seulement de dresser un portrait éloquent de l’espace et de l’architecture de la villégiature, mais aussi d’asseoir sur un corpus significatif l’étude de phénomènes urbains ou architecturaux importants qui dépassent par leurs enjeux le strict cadre local (formation de la ville balnéaire, mise en place des équipements aux XIXe et XXe siècles, mise au point et diffusion d’une architecture régionaliste, etc.).

L’une des spécificités des édifices étudiés dans le cadre de cette opération est d’être en grande partie des œuvres d’architectes. Les fonds d’archives d’architecture se devaient donc d’être largement utilisés : le recensement a été conduit en collaboration avec le Centre de documentation et d’archives d’architecture, sis actuellement à Bayonne, dont le rôle est justement de recueillir et de traiter des fonds d’archives d’architectes avant leur versement dans des dépôts publics d’archives. Le fonds des frères Gomez, deux des plus importants architectes de la côte basque de la première moitié du XXe siècle a fait tout particulièrement l’objet d’un travail d’étude et de mise en valeur, mené conjointement par le service de l’Inventaire, les archives municipales de Bayonne, le Musée basque et de l’histoire de Bayonne et le Centre de documentation et d’archives d’architecture. Une exposition sur les frères Gomez a notamment été présentée au Musée basque de Bayonne pendant l'été 2009.

L’importance numérique du corpus (près de cinq mille édifices) a conduit au choix d’une fiche minimum comportant des éléments de dénomination, de localisation et d’historique. L’opération est consultable actuellement sous la forme d’une base de données locale et de dossiers succincts appuyés sur un reportage photographique systématique. Un certain nombre d’ouvrages sur le sujet ont été publiés par l’Institut français d’architecture (qui est en grande partie à l’origine du réseau français de centres d’archives d’architecture) en collaboration avec le service de l’Inventaire.