Corpus vitrearum : les vitraux en Aquitaine antérieurs à la Révolution
Corpus vitrearum : les vitraux en Aquitaine antérieurs à la Révolution

Corpus vitrearum : les vitraux en Aquitaine antérieurs à la Révolution

Bien que l’Aquitaine ait la réputation d’être dépourvue de vitraux anciens, plusieurs sondages ont bien révélé l’existence de verrières, surtout religieuses, antérieures au XIXe siècle, même si elles forment un ensemble parcellaire et disparate. Partant de ce constat, une enquête thématique a été programmée dans le cadre de l’opération nationale des « Corpus vitrearum » et a été confiée à une doctorante de l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3, en partenariat avec le service Patrimoine et Inventaire de la Région Aquitaine.

Dans l’état actuel des recherches, seulement dix sites ont conservé des vestiges de leur vitrerie ancienne, auxquels il faut ajouter sept verrières plus ou moins fragmentaires mais dont nous connaissons la provenance (musée et collections particulières). Onze communes sont aujourd’hui concernées par cette opération : le département de la Gironde est très largement représenté, viennent ensuite les Pyrénées-Atlantiques et le Lot-et-Garonne. La chronologie s’échelonne du XIIIe au XVIIe siècle, même si on constate que la très grande majorité des œuvres sont datables des XVe et XVIe siècles. Conservés au Musée basque de Bayonne, trois petits panneaux du XIIIe siècle, illustrant le thème de l’Arbre de Jessé, sont actuellement considérés comme le plus ancien témoin du vitrail en Aquitaine. Ces panneaux, uniques et incomplets, ne nous permettent pas d’apprécier la production régionale aux périodes les plus reculées du Moyen Âge. Le même constat s’impose pour le XIVe siècle, dont seuls quelques panneaux remontés de façon anarchique subsistent dans les fenêtres Renaissance du chevet de la collégiale de Saint-Emilion.