Vallée de la Baïse
Vallée de la Baïse
Vallée de la Baïse
Vallée de la Baïse

Vallée de la Baïse

L’étude sur le patrimoine de la vallée de la Baïse constitue le premier volet d’un important travail d’inventaire mené par le service de l’Inventaire en Lot-et-Garonne, dans le cadre d’un partenariat avec le Conseil général. Elle s’est inscrite dans un programme d’aménagement des territoires traversés par les cours d’eau navigables, programme cofinancé par l’Europe, l’Etat (DRAC Aquitaine) et le département du Lot-et-Garonne.

L’opération d’Inventaire topographique, effectuée en 1994-1998, a concerné cinq cantons et 44 communes riverains de la Baïse. L’enquête a porté sur l’étude de l’architecture, publique et privée, et sur le mobilier public. L’exploitation des archives contemporaines a été facilitée par un travail de classement de la série O mené parallèlement par les Archives départementales du Lot-et-Garonne. L’ensemble de la documentation Inventaire a été numérisé et est consultable en ligne. Elle a donné lieu à la publication d’un Itinéraire du patrimoine, en version papier et numérique. La valorisation de l’opération s’est faite aussi par un ensemble de manifestations culturelles autour du patrimoine local, dont une exposition au château de Nérac durant l’été 1995.

L’étude a permis de révéler, notamment, la diversité de l’habitat castral et seigneurial depuis le Moyen Age, la qualité de l’architecture de la Renaissance autour de la cour princière de Nérac et la richesse du patrimoine rural des XVIIe et XVIIIe siècles. Le patrimoine du XIXe siècle, situé plus particulièrement autour des agglomérations de Nérac, Lavardac et Mézin, s’est révélé également d’un grand intérêt. Cette documentation unique constitue un socle de connaissance sur le patrimoine de ce territoire à l’usage de tous les publics, simples curieux, amateurs ou spécialistes, mais aussi du public scolaire dans le cadre de projets pédagogiques. Les professionnels trouveront, pour leur part, matière à alimenter leurs travaux, soit dans le cadre de projets de restauration, soit pour des études globales, telle celle programmée à Nérac pour faire de la capitale de l’Albret le centième secteur sauvegardé de France.