loupeHossegor ville - © Région Aquitaine, Inventaire général
Hossegor ville - © Région Aquitaine, Inventaire général

Hossegor ville

Pionnier dans le domaine de la recherche sur l’architecture du XXe siècle et sur celle de la villégiature, le service régional de l’Inventaire d’Aquitaine lance en 1985 une opération d’étude de la station de villégiature d’Hossegor (commune de Soorts-Hossegor). L’idée de départ était de commencer à aborder, à partir d’un terrain circonscrit, l’histoire du phénomène balnéaire sur la côte aquitaine et en même temps de poser les premiers jalons d’une étude du régionalisme architectural (en l’occurrence du néo-basco-landais) dont on imaginait qu’il pouvait avoir eu une grande importance pour la production architecturale de l’Entre-deux-guerres. L’enquête a pris la forme d’un inventaire topographique au sens classique du terme. En le faisant porter sur une aire d’étude limitée (dénommée « Hossegor centre » et recouvrant les secteurs des premiers lotissements) et en arrêtant le recensement à 1939, on a pu focaliser cet inventaire sur les thèmes de recherche souhaités.

En plus de l’établissement des dossiers d’inventaire, l’opération a donné lieu à plusieurs publications : un Cahier du patrimoine, édité en 1993 (restituant les résultats complets de l’enquête — il comporte notamment un « répertoire des édifices étudiés » — mais faisant également un point sur les questions de la villégiature balnéaire et du régionalisme architectural) et deux ouvrages destinés à un plus large public : un volume de la collection « Les Années modernes » de l’Institut français d’architecture (Claude Laroche, La côte landaise des années trente ; Hossegor, 1920-1940, la station des sports élégants, Paris, Institut français d’architecture, éditions Norma, 1991) et un Itinéraire du patrimoine (2004).