Place des Cornières de Monpazier - Photographie de J.-C. Coutausse
Place des Cornières de Monpazier - Photographie de J.-C. Coutausse

Le patrimoine bâti de la bastide de Monpazier (Dordogne)

De sa fondation en 1284, à l’initiative du roi d’Angleterre Édouard Ier et du seigneur de Biron, Monpazier conserve presqu’intact un parcellaire planifié remarquablement régulier ; cela valut à la bastide d’être souvent considérée, depuis son « invention » au XIXe siècle, comme le modèle idéal de ce type de ville nouvelle du Moyen Âge. Outre cet urbanisme particulier, que le Secteur Sauvegardé établi en 1990 pérennise, trente-deux édifices présentent de riches vestiges ayant justifié leur classement ou leur inscription au titre des Monuments Historiques : c’est le cas de l’église Saint-Dominique, mais aussi – et surtout – de nombreuses maisons du Moyen Âge et de l’époque moderne. Les abords de la bastide sont protégés par une ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager, destinée à être transformée en AVAP, aire de valorisation de l’architecture et du patrimoine), établie au-delà de l’enceinte urbaine et qui maintient une certaine cohérence architecturale sur l’ensemble du territoire environnant.

L’opération d’inventaire topographique du patrimoine bâti initiée en décembre 2011 fait l’objet d’un partenariat signé entre la mairie de Monpazier et le Service Régional du Patrimoine et de l’Inventaire d’Aquitaine (Lire la délibération de la Commission Permanente du 14 Novembre 2011 : Convention pour la réalisation d'une étude d'inventaire et d'un projet de valorisation du patrimoine culturel de la commune de Monpazier (24) et son annexe.) 

Cette mission, qui doit durer trois ans, poursuit plusieurs objectifs :
Le recensement exhaustif des édifices, enrichi par les études déjà réalisées sur Monpazier, prend la forme d’enquêtes de terrain et dans les dépôts d’archives. La documentation ainsi rassemblée doit permettre de mieux comprendre l’évolution des cadres de vie et des manières d’habiter dans la bastide, du Moyen Âge au milieu du XXe siècle.
Ce travail scientifique d’Inventaire doit, par ailleurs, faciliter les entreprises de valorisation du patrimoine communal, au premier rang desquelles figure la création d’un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine. Cet espace d’information, qui sera installé dans une partie l’ancien couvent des Récollets créé au milieu du XVIIe siècle, apportera aux habitants de Monpazier comme aux nombreux visiteurs qui fréquentent la bastide les explications nécessaires à la compréhension de l’histoire de ce concept urbain singulier.