Publié le 02 novembre 2010 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

L'inventaire du patrimoine, d'une rive à l'autre

Le programme d’inventaire va porter, pour la fin de l’année, sur les communes de Saint-Ciers-sur-Gironde et de Braud-et-Saint-Louis, à la jonction de l’aire d’étude avec la Région Poitou-Charentes. Mené dans un environnement très différent du Haut-Médoc, cet inventaire de la rive droite doit permettre de mieux cerner les spécificités patrimoniales de ce territoire, mais aussi les permanences et continuités d’une rive à l’autre.

Outre les problématiques architecturales, la dimension paysagère est ici essentielle pour des communes dont les marais à perte de vue constituent la seule borne. Dans ce monde de l’horizontalité, gagné sur les flots grâce aux efforts de nombreuses générations pour conquérir des terres, le bâti est extrêmement dispersé. Dans sa modestie et parfois dans son état d’abandon, il reflète cependant des modes de vie liés essentiellement à l’élevage, et illustre les mutations récentes vers la monoculture extensive. Les aménagements liés à ce milieu particulier seront pris en compte, tels que les installations hydrauliques, de même que les aménagements destinés à la chasse ou à la pêche comme témoignages de pratiques culturelles locales.

Par ailleurs, l’inventaire de la ville de Blaye est engagé. Le focus est porté sur les conditions de développement et de mutation urbains sous l’Ancien Régime et au XIXe siècle, face à la citadelle. S’agissant d’une étude urbaine, l’enquête porte plus précisément sur l’ensemble des édifices formant la trame de la ville : édifices publics, religieux, civils, domestiques, artisanaux, etc. Concernant les demeures, l’exploration des premiers îlots montre que, si les façades ont été souvent reconstruites dans le courant du XIXe siècle, les arrière-cours, nombreuses en centre ville, recèlent d’importants vestiges des siècles antérieurs, tels que puits, escaliers, caves... Il convient donc, dans la mesure du possible, d’accéder aux parties communes des immeubles afin de mieux comprendre l’organisation du bâti dans cette ville des bords d’estuaire.

  • Alain Beschi

Ajouter un commentaire

* champ obligatoire

*
*
*

*