Publié le 10 septembre 2021 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

L’estuaire, toile de fond et personnage de cinéma

Estuaire de la Gironde, Operations

La disparition de Jean-Paul Belmondo, acteur qui a marqué le Blayais de sa présence au côté de sa partenaire Jeanne Moreau dans le film Moderato cantabile, rappelle que l’estuaire fut, à l’instar de ces monstres sacrés, un véritable personnage de cinéma. Retour sur quelques films où l’estuaire, plus qu’un simple figurant, emplit l’écran de sa présence cinégénique.

Les comédiens Jeanne Moreau et Jean Paul Belmondo, mais aussi Yves Montand et Carole Laure, l’acteur et réalisateur Jean-François Stévenin, ont en commun d’avoir joué dans des films tournés près des rivages de l’estuaire. L’histoire mouvementée du tournage de Moderato Cantabile à Blaye en 1960 est bien connue (1). Outre le cours du Port et le débarcadère du bac sur chacune des rives, plusieurs édifices de Blaye et des environs ont servi de décor au tournage : c’est en particulier le cas du Café du Port où se joue l’épilogue du film – immeuble abritant aujourd’hui la Banque Populaire. C’est sous la voûte de l’ancienne salle du café que les amants se disent adieu, sans doute insouciants que le plafond voûté corresponde vraisemblablement au vestige d’un édifice plus ancien, conservé en retrait de la façade de l’immeuble aligné sur la voirie à la fin du XVIIIe siècle. La demeure d’industriel censée appartenir à l’époux de Jeanne Moreau, a été en réalité construite au milieu du XIXe siècle pour Joseph Vinaud, propriétaire et entrepreneur de travaux publics, avant de devenir la maison du magistrat Joseph-Marcel Daudin-Clavaud, puis d’apparaître à la fin du siècle comme propriété viticole, appelée Château Lacave-Monteil. Les intérieurs du château de Ségonzac à Saint-Genès-de-Blaye semblent aussi mobilisés lors du tournage, ancienne propriété de Jean Dupuy et de son fils Pierre, respectivement ministre de l’agriculture et député de la Gironde. Au-delà de ces lieux, c’est la cité de Blaye, voulue par le réalisateur Peter Brook comme « une petite ville morne et triste » à la personnalité durassienne, qui est un personnage à part entière du film (2).

Blaye et ses environs ont aussi constitué un décor de cinéma pour le film La Menace, tourné en 1977 par Alain Corneau. Le château Poyanne à Gauriac, balcon sur l’estuaire, abrite les amours illégitimes des amants joués par les comédiens Yves Montand et Carole Laure. C’est du haut de la tour de l’Eguillette, face à l’immensité de l’estuaire, que se suicide l’épouse délaissée, incarnée par l’actrice Marie Dubois. La citadelle de Blaye est traversée à pleine vitesse par les différents protagonistes, dont l’inspecteur en charge d’enquêter sur cette mort tragique, interprété par Jean-François Balmer.

Plus récemment, l’embarcadère du bac à Blaye, la ville de Bourg, la station de Royan et les rivages médocains de l’estuaire ont été filmés par Jean-François Stévenin dans son film Mischka, sorti en 2000 (3). D’une rive à l’autre, le flot et le jusant sans cesse renouvelés de l’estuaire, comme allégorie du flux de vie animant les personnages ?

 

  • Alain Beschi, conservateur du patrimoine au service régional du patrimoine et de l'Inventaire.

 

 

 

 

(1) MEYNARD Christophe. Le tournage de « Moderato cantabile » avec Jean-Paul Belmondo à Blaye. Haute-Gironde, 6 septembre 2021 [en ligne : https://www.hautegironde.fr/2021/09/06/le-tournage-de-moderato-cantabile-avec-jean-paul-belmondo-a-blaye/].

(2) DETCHERRY Chantal. « Moderato cantabile. Blaye au tempo de Moreau ». Le Festin, 104, 2018, p. 76-79.

(3) DIATKINE Anne. « Stévenin dans le bain de «Mischka ». Libération, 11 octobre 2000 [en ligne : https://www.liberation.fr/culture/2000/10/11/stevenin-dans-le-bain-de-mischka_340225/]. Et MONY Olivier. « Stévenin film ses familles ». Sud Ouest Dimanche, 17 février 2002.

Ajouter un commentaire

* champ obligatoire

*
*
*

*