Publié le 12 mai 2010 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

L’ère de l’oenotourisme dans les châteaux viticoles

Cette démarche d’ouverture et d’accueil des châteaux se traduit par l’apparition et la multiplication de salles de dégustation ou de pièces de réception, qui grignotent l’espace même des chais ou bien entraînent l’aménagement de nouveaux espaces. Le château donne alors à voir ses richesses, comme à Dauzac (Labarde) où la salle de dégustation surplombe le chai et ses prestigieux alignements de barriques. A Rauzan-Gassies (Margaux), la pièce de dégustation qui jouxte le chai a été complétée par un bâtiment destiné aux professionnels, offrant, à partir d’une terrasse, une vue panoramique sur les vignes.

Des espaces inutilisés, comme les anciennes écuries de Giscours (Labarde), trouvent une nouvelle fonction, abritant par exemple une boutique et un espace de dégustation. C’est aussi le cas des bâtiments de dépendance du château Kirwan (Cantenac) qui accueillent une vaste salle de réception, embellie par la charpente d’origine qui a été conservée.

Ailleurs, la transformation est plus radicale : certains châteaux viticoles ont délaissé leur activité première pour engager une nouvelle vie touristique : le château Marojallia, anciennement Durfort (Margaux), propose des chambres d’hôtes quand l’ancien domaine de l’Isle Vincent (Margaux) réunit hôtel, restaurant, spa et golf.

L’influence de l’œnotourisme se traduit enfin virtuellement avec la multiplication des sites internet proposés par les professionnels du vin et la présence, en revanche bien réelle, à leur côté, de nouveaux acteurs spécialisés dans le tourisme.
CS

Ajouter un commentaire

* champ obligatoire

*
*
*

*