Publié le 21 septembre 2015 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

L’effacement d’une île, le déplacement d’un port : Fumadelle à Soussans

Génie civil

Difficile de s’y retrouver dans le paysage mouvant des îles de l’estuaire. Les cartes du XVIIIe siècle, plus ou moins fiables, livrent des noms et des emplacements différents. Au XIXe siècle, encore, les cartes se contredisent.

Ainsi, une carte établissant la position des îles en 1824 indique face au port de Soussans l’Ile Fumadel, le fagnard ou  l’îlot de Soussans et le fagnard ou îlot de Peyrol, accompagnée de ce commentaire(1) : "ces deux îlots n’étaient en 1816 que de très petits bancs de limon vendus à cette époque par l’administration des Domaines : ils ont été entourés de plantations illégales et forment aujourd’hui des îlots assez étendus". Sur ce document, l’îlot de Soussans est relié à la pointe nord de l’île Fumadelle : "Au moyen d´une énorme quantité de pieux, de pierres et de fascines, on a complètement atterri la large et belle passe qui séparait l´îlot de Soussans de l´île de Fumadelle et qui servait d´entrée directe à ce port ; il n´est maintenant ouvert aux bateaux qu´à l´heure des hautes marées et tout annonce son prochain et totalement encombrement".

Un plan de 1863 montre  un îlot également dit de Soussans situé entre le port de Soussans et l’île Fumadelle - l’île Sauterelle et l’île Vincent complétant au sud cet archipel envahissant(2).
A cette époque, le projet est d’établir un nouveau port sur la rive est de l’îlot de Soussans, relié à la rive par une jetée ou chaussée empierrée traversant le "faux-bras de Soussans". S'étendant sur 34 m de long et 20 m de large, le port est aménagé en 1865. Il se composait d'une cale saillante de 14 m 40 de longueur et 4 m de largeur et d'une cale haute inclinée, de 40 m de longueur sur de 8 m de largeur.

Il ne s’agissait que d’une solution temporaire, l’envasement du bras de Fumadelle semblant déjà inéluctable et nécessitant un nouveau et prochain déplacement du port sur la rive est de Fumadelle. En 1891, il est envisagé de draguer ce bras d’estuaire pour désencombrer le port puis on se résout à déplacer les aménagements sur la rive orientale de Fumadelle. Les négociations pour le financement avec notamment le propriétaire de l’île, M. Ledoux, et les propriétaires riverains retardent les travaux. Le nouveau port est finalement mis en service le 1er octobre 1901. L’île est ainsi réunie à la terre ferme.

(1) Carte publiée dans VIVENS, (vicomte de). Nouvelles recherches sur les encombrements toujours croissants de la Garonne inférieure et de la Gironde / Recherches sur les causes de ces encombrements. Bordeaux : Imprimerie et Lithographie de Henry Faye, 1840. (1824).
(2) AD Gironde, SP 1185. Avant-projet de déplacement du port de Soussans, plans n°1 et Profils en long et en travers n°2, 12/02/1863.

  • Claire Steimer

Ajouter un commentaire

* champ obligatoire

*
*
*

*