Publié le 25 mai 2016 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

Le Nid médocain à Cantenac : du préventorium à la vigne

À la fin de la Première Guerre mondiale, la tuberculose emporte encore 150 000 personnes par an. En 1919, la loi Honnorat promeut un équipement préventif sur l’ensemble du territoire national. La création de sanatoriums, préventoriums, aériums et autres dispensaires est rendue possible par le consortium financier conjuguant État, départements et fonds américains. D’ailleurs, la "Mission américaine de préservation contre la tuberculose" - ou Fondation Rockefeller - s’installe en France dès 1917 et diffuse de nombreuses campagnes préventives utilisant l’humour. Dans les départements, des relais sont assurés par des personnalités de la médecine comme le professeur Xavier Arnozan à Bordeaux, adjoint au maire et délégué à l’hygiène publique.

En Gironde, les établissements phares sont ceux des bords de côte. Le sanatorium d’Armengaud à Arcachon, la fondation Wallerstein à Arès et l’aérium du Moutchic sur les rives de l’étang de Lacanau accueillent des centaines de patients. Le département en compte 22 de ce type en 1941.

Le bon air souffle également dans les vignes puisque l’aérium ou préventorium "de plaine" de Cantenac est créé en 1923. Il est baptisé "le nid médocain", sorte de pouponnière moderne pour enfants de 1 à 5 ans issus de parents tuberculeux. Les locaux choisis sont ceux que le cardinal bordelais Ferdinand Donnet avait fait construire entre 1862 et 1877 à l’entrée du village d’Issan, en lieu et place de parcelles de vignes. Ils étaient composés d’une maison d’habitation à trois travées, d’une petite chapelle et de bâtiments de dépendance, destinés dès cette époque sans doute à l'accueil d'enfants. La modestie des bâtiments permit toutefois d'y installer 60 lits (dont 10 de lazaret) et de prendre des bains d’air.

La gestion revient à la Fédération girondine des œuvres antituberculeuses sous l’autorité de la présidente du conseil d’administration Laure Lawton, née Lalande, propriétaire du château voisin de Cantenac-Brown.

Après la guerre, la découverte d’antibiotiques efficaces neutralise progressivement la maladie et, avec elle, les bâtiments de soin. Le "nid médocain" est converti en maison dédiée à l'enfance, transférée en 2004 à Blanquefort. Inoccupés, les bâtiments sont démolis en 2011. Quant au terrain, situé sur de belles graves en appellation Margaux, il est rapidement planté en vignes, retrouvant dès lors sa vocation viticole d’autrefois.

  • Florian Grollimund

Pour en savoir plus :

- Fédération Girondine des oeuvres antituberculeuses, reconnue d´utilité publique par décret du 5 janvier 1921. Préfecture de la Gironde. Le Nid Médocain. Cantenac-Margaux. Impr. Delmas, Chapon, Gounouilhou, 1925.

- Site internet : http://www.le-temps-des-instituteurs.fr/doc-la-tuberculose.html

Ajouter un commentaire

* champ obligatoire

*
*
*

*