Publié le 08 décembre 2014 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

La Colonne à la Vierge de Saint-Yzans-de-Médoc

En 1856, alors qu’une fièvre typhoïde sévit dans la commune de Saint-Yzans, une neuvaine adressée à la Vierge par le curé et les habitants aurait mis fin à l’épidémie. En remerciement, un monument commémoratif lui est alors consacré, érigé au nord du bourg et inauguré le 8 août 1858. Dès lors, des processions y sont organisées chaque dimanche avant l’Assomption.
Située au croisement de deux voies de communication, la haute colonne est sculptée en pierre de taille de calcaire. Le monument se compose d’un socle de plan rectangulaire orné de feuillage, de rosettes, d’une corniche avec frise d’oves et de pilastres cannelés encadrant des tables de marbre gravées d’inscriptions. La colonne cannelée à base attique est cerclée de deux bagues portant le monogramme de la Vierge (MA) et couronnée d’un chapiteau composite supportant une statue de Vierge à l’Enfant.
Cette colonne de Saint-Yzans devient assez rapidement l’emblème de la commune : ainsi, le lieu de son érection est appelé "La Colonne" à la fin du XIXe siècle, lorsque de nouvelles maisons sont édifiées à proximité. Plus tard, en 1934, la cave coopérative Saint-Brice est construite non loin de là et utilise l’image du monument pour illustrer ses étiquettes dans la seconde moitié du XXe siècle(1). Aujourd’hui, la statue, la colonne, le socle et la grille sont inscrits au titre des Monuments historiques.

La colonne de Saint-Yzans appartient à un type de monument votif que l’on retrouve fréquemment en Médoc : à Saint-Germain d’Esteuil en 1862, à Montalivet en 1868, à Listrac, à Vensac ou encore à Saint-Médard-en-Jalles (les dates précises de construction de ces trois dernières colonnes sont inconnues). Construits sur le même modèle au carrefour de deux routes ou sur une place publique, entourés ou non d’une grille, ils furent, semble-t-il, le fruit d’une certaine émulation locale, comme le laisse supposer ce commentaire de l’abbé Mezuret, curé de Soulac(2) :
"Le mois d’octobre a été pris par le projet d’érection d’une colonne monumentale à Saint-Germain-d’Esteuil. Je prends à témoin M. Carriol [curé de Saint-Germain] qu’il ne m’a pas laissé une minute de repos jusqu’à ce qu’il ait en mains les dessins complets, les propositions, les détails, les coupes, le devis et le cahier de charges de ce monument qui doit, à ses yeux, éclipser de beaucoup Saint-Yzans".

La colonne de Saint-Yzans aurait-t-elle inspiré d’autres monuments ? Ces colonnes ont-elles été réalisées par le même sculpteur ? Pour l’instant, les recherches sur ce sujet restent vaines…

  • Jennifer Riberolle


(1) COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1969 (12e édition), page 455.
(2)  Merci à Jean-Pierre Méric, qui nous a communiqué cette citation extraite d’une lettre, retrouvée dans les archives diocésaines, écrite par l’abbé Mezuret à l’archevêque Donnet, le 30 octobre 1861.

Ajouter un commentaire

* champ obligatoire

*
*
*

*