Publié le 27 avril 2012 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

Des châteaux coupés en deux

Quelques exemples rencontrés au cours de l’étude montrent la variété des solutions adoptées et des situations qu’elles génèrent aujourd’hui. A Margaux, la séparation du domaine de Rauzan survient à la suite du décès de Jean de Rauzan, sieur de Gassies en 1727, qui entraîne un conflit entre sa veuve Magdeleine Roulier et ses frères et ses neveux. En 1763, le domaine est finalement séparé en deux, Rauzan-Ségla et Rauzan-Gassies. A cette époque, de nombreux remaniements sont apportés aux bâtiments pour constituer deux ensembles distincts.
La séparation du domaine Durfort-Vivens est plus récente : c’est en 1961 que château, chais et cuviers sont dissociés. A partir de cette date, ils évoluent chacun de leur côté, le premier s’orientant vers une activité hôtelière et les seconds poursuivant leur histoire viticole avec la famille Lurton.
A Saint-Julien-Beychevelle, la chartreuse de Léoville est coupée en deux parties en 1840, l’aile sud constituant la part de Léoville-Lascase, l’aile principale et l’aile nord attribuées à Léoville-Poyferré. Cette séparation perdure encore de nos jours et a provoqué une translation du siège de Léoville-Poyferré de l’autre côté de la route principale.
A partir de 1863, les bâtiments de Gruaud-Larose sont divisés entre le baron Sarget d'une part, et MM. Ed. et Ch. de Bethman et A. Faure d'autre part. Deux domaines, Gruaud Larose Sarget et Gruaud Larose Faure, se développent donc parallèlement et se partagent les bâtiments. La chartreuse d’origine est coupée en deux jusqu’en 1879 date à laquelle la partie Gruaud-Larose-Sarget est reconstruite, accolée à l’autre moitié de la chartreuse qui sera finalement détruite après la seconde guerre mondiale.
Lors du repérage de la commune de Pauillac, un autre bâtiment a également retenu notre attention, la demeure du château d’Armailhacq dont seule une moitié subsiste : nos futures recherches permettront d’expliquer cette forme architecturale lacunaire et étonnante.

CS

Ajouter un commentaire

* champ obligatoire

*
*
*

*