Publié le 05 février 2019 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

Classement Unesco : le phare de Cordouan retenu comme candidat pour la France

Estuaire de la Gironde, Patrimoine maritime et fluvial

Une mobilisation de tous les acteurs

Le phare de Cordouan, dressé à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde, a été désigné le 31 janvier 2019 comme projet candidat de la France pour une inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Cette candidature, lancée en 2016, a fait l’objet d’une importante mobilisation des acteurs locaux et des citoyens. Parmi ces acteurs, le service régional du patrimoine et de l’Inventaire (site de Bordeaux), membre du comité scientifique de l’inscription du phare au patrimoine mondial de l’Unesco, a participé à la rédaction de sa déclaration de Valeur Universelle Exceptionnelle. Portée par la France au titre des biens culturels, cette candidature doit maintenant être instruite par les experts du Conseil international des monuments et des sites (Icomos). C’est à eux qu’il revient désormais d’évaluer, pendant 18 mois, la valeur universelle du monument qui rayonne sur les eaux du plus grand estuaire d’Europe depuis 1611. La France ne déposant qu’un projet par an, cette qualification du phare de Cordouan couronne le travail du Syndicat mixte pour le développement durable de l’estuaire (Smiddest), mandaté par les départements de la Gironde et de la Charente-Maritime, et la région Nouvelle-Aquitaine. La décision finale pour une éventuelle inscription interviendrait en juillet 2020.

Un phare unique au monde

Situé à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde depuis plus de 400 ans, Cordouan est le plus ancien des phares français encore en activité et le deuxième au monde après celui de Gênes. Entré officiellement en service en 1611, le phare continue de guider, comme il le fait depuis plus de quatre siècles, les marins vers l’entrée du port de Bordeaux. Il marque l’embouchure de la Gironde en arrivant du large et matérialise les dangers potentiels pour les navigateurs. Il est entretenu par les services de la direction interrégionale de la mer Sud-Atlantique, service déconcentré du ministère de la Transition écologique et solidaire (direction des affaires maritimes).

Classé monument historique dès 1862, en même temps que la cathédrale Notre-Dame de Paris, son architecture grandiose en fait un « Versailles de la mer ». Attirés par son prestige, les meilleurs ingénieurs de France y ont expérimenté leurs innovations. Au début du XIXe siècle, Cordouan devient le chantier d'expérimentation d'Augustin Fresnel pour les appareils lenticulaires : en 1823, il installe à Cordouan le premier appareil à lentilles à échelons qui révolutionnera le système d’éclairage des côtes du monde entier.

Des atouts et des contraintes…

Cordouan est l’un des rares phares en France accessible au public. L’exiguïté des lieux, ainsi que l’accès limité par les marées, ne permettent pas d’envisager une fréquentation de masse. Mais c’est toute une région, de Royan au verrou Vauban de l’estuaire de la Gironde, qui espère aussi profiter du coup de projecteur que représenterait ce classement. En cas d’issue favorable, le phare de Cordouan rejoindrait les 1 092 biens classés au patrimoine mondial de l’humanité, dont 44 en France et 6 en Nouvelle-Aquitaine :

-1979 : les grottes ornées de la vallée de la Vézère
-1983 : l'abbatiale de Saint-Savin sur Gartempe
-1998 : les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle
-1999 : la Juridiction de Saint-Émilion
-2007 : Bordeaux, « Port de la Lune ». Premier ensemble urbain aussi vaste  à recevoir ce titre.
-2008 : les fortifications de Vauban. Le classement englobe douze sites majeurs en France. Deux départements sont concernés en Nouvelle-Aquitaine. La Charente-Maritime avec l'enceinte urbaine et la citadelle insulaire de Saint-Martin-en-Ré. La Gironde avec le triptyque verrouillant l'estuaire de la Gironde : Fort Médoc (Cussac-Fort-Médoc), Fort Pâté (îlot au large de Blaye) et la citadelle de Blaye.
-2016 : l'œuvre architecturale de Le Corbusier. Comme pour Vauban, c'est un ensemble de sites qui a été classé. En Nouvelle-Aquitaine, c'est dans la banlieue bordelaise, à Pessac, que se situe l'un des sites classés : La cité Frugés construite dans les années 1920.

Veiller sur l’estuaire et être étudié par l’Inventaire

Tout « roi des phares » ou « phare des rois » qu’il soit, Cordouan n’en demeure pas moins un objet d’étude pour le service régional du patrimoine et de l’Inventaire. Il constitue ainsi un des nombreux éléments du patrimoine inventorié, parmi les milliers de dossiers rédigés, dans le cadre de l’opération conduite sur les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde. Il s’inscrit également dans un plus large réseau de phares et d’amers qui bordent et signalent les rivages estuariens : phare de Grave au Verdon, phare de Richard ou phare de Patiras.

Découvrir le dossier du « Phare de Cordouan » rédigé dans le cadre de l’opération d’Inventaire dédiée aux communes riveraines de l’estuaire de la Gironde.

  • Christophe Rambert

Ajouter un commentaire

* champ obligatoire

*
*
*

*