Publié le 24 août 2012 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

Aux origines de la cave coopérative de Pauillac

Architecture commerciale

Si Saint-Emilion et Pauillac se disputent régulièrement le titre de première cave coopérative de Gironde, il semble bien que La Rose-Pauillac l’emporte de peu sur sa concurrente. Les statuts de la "Société coopérative de propriétaires récoltants de Pauillac" furent en effet approuvés les 16 et 20 janvier 1929, tandis que la fondation officielle de la Société coopérative de Saint-Emilion ne fut enregistrée que le 17 avril 1932. Lorsque le 3 juin 1933 de nouveaux statuts sont adoptés par La Rose Pauillac, la coopérative compte alors 59 adhérents et est installée dans l’actuel bâtiment, loué dans un premier temps à A. Castagnet, puis acquis définitivement en 1934.

L’acte de vente fournit une description du bâtiment "comprenant un cuvier, deux chais, deux logements de domestiques à l’ouest" et permet de reconstituer la succession des différents propriétaires jusqu’à Pierre Camille Constant. Celui-ci avait reçu ce bien de sa grand-mère, Marie Laména, veuve de M. Martial Constant, lors du partage intervenu entre lui et ses deux sœurs, le 14 décembre 1851. Le chai dépendait de sa demeure située de l’autre côté de la rue – faisant partie aujourd’hui du Collège Pierre-de-Belleyme – et dont le fronton est orné de ses initiales enlacées. En 1871, il fait appel à l’architecte Ernest Minvielle qui propose un projet de restauration de la maison finalement non réalisé. En revanche, un plan également daté 1871, conservé dans le fonds Minvielle aux Archives municipales de Bordeaux, représente l’ossature du plancher du cuvier, correspondant bien au bâtiment de la coopérative. Par ailleurs, l’édition de 1874 de l’ouvrage de Cocks et Féret mentionne et illustre les "vastes et beaux cuviers et chais" du Cru Constant Bages Monpelou. On y reconnaît bien la triple baie centrale, motif qu’Ernest Minvielle utilisera aussi pour des chais à Gujan-Mestras en 1883.

Au cours du 20e siècle, ce noyau construit entre 1871 et 1874 fut agrandi, avec l’ajout d’un cuvier de stockage dans les années 1950 puis plus récemment en 2007-2008. Aujourd’hui, la coopérative réunit 38 hectares (elle en comptait 133 en 1983) et 38 coopérateurs, résistant vaillamment aux pressions foncières et financières des grands domaines alentours.

CS

Pour en savoir plus

  • Philippe Roudié, Jean-Claude Hinnewinkel. Une empreinte dans le vignoble : XXe siècle, naissance des vins d'Aquitaine d'origine coopérative, Pessac : LPDA éd., 2001.
  • Alain Beschi, "L'architecte et le modèle : Ernest Minvielle et l'architecture viticole", Revue archéologique de Bordeaux, tome CI, 2010, p. 171-185.

Ajouter un commentaire

* champ obligatoire

*
*
*

*