Publié le 29 octobre 2014 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

A la claire fontaine : puits et sources à Bayon-sur-Gironde

L’accès à l’eau était essentiel à la vie des habitants tant pour les activités domestiques qu’agricoles ou viticoles : l’habitat dispersé et les nombreux hameaux de Bayon expliquent la multiplication des points d’eau. Une nappe phréatique abondante à une cinquantaine de mètres de profondeur en permet l'alimentation. Par ailleurs, le creusement de ces puits et leur construction en belle pierre de taille calcaire ne devaient poser aucun problème sur ce territoire d’exploitation de carrières.

Isolés, dans les écarts ou les domaines viticoles, les puits présentent une margelle maçonnée en pierre de taille. Ils conservent pour la plupart le mécanisme permettant de remonter l’eau : il peut s’agir de rouages métalliques activés par une manivelle ou bien d’un axe en bois autour duquel une chaîne est simplement enroulée. Certains puits sont couverts, soit d’une couverture en tuiles à deux pans soutenues par deux montants maçonnés ou bien d’un dôme en pierre. A ces puits a pu être adjointe une borne fontaine activée par un bras métallique. Quelques supertructures métalliques supportent une simple poulie.

Trois édicules de forme bombée ont également été repérés aux détours des chemins : il s’agit probablement d’accès à des sources d’eau. Deux d’entre eux sont associés à un lavoir.

Sur l’île Cazeau, c’est un puits artésien qui est foré dans la deuxième moitié du XIXe siècle pour alimenter en eau le domaine viticole de la famille Pierlot. Creusé à 72 m de profondeur et débitant 200 litres par minute, il semble toutefois s’être tari rapidement, n’ayant pas été creusé assez profondément(1).

Aucune iconographie ne permet de restituer la vie qui battait son plein autour de ces points d’eau : souvent abandonnés, ils témoignent de pratiques aujourd’hui révolues. Il faut se contenter d'une carte postale du début du XXe siècle, représentant le puits qui était situé devant la mairie-école.

(1) Edouard Féret, Statistique générale du département de la Gironde, 1878.

  • Claire Steimer

Ajouter un commentaire

* champ obligatoire

*
*
*

*