Publié le 01 avril 2014 dans Les carnets de l'Inventaire

L’Aquitaine, terre de villégiature

Après avoir consacré, dès sa création en 1967, ses premières recherches à l’étude du patrimoine en milieu rural, à l’image de Peyrehorade, puis du Vic-Bilh, le service régional de l’Inventaire lança en 1985 une étude pionnière sur la station balnéaire d’Hossegor, annonçant ainsi ce qui allait devenir l’un de ses thèmes de prédilection.

Sporting-Casino par Henri Godbarge, Louis et Benjamin Gomez, 1re phase, 1927-1928. 
Cinéma-dancing, perspective par Benjamin Gomez, juillet 1928
Sporting-Casino par Henri Godbarge, Louis et Benjamin Gomez, 1re phase, 1927-1928.
Cinéma-dancing, perspective par Benjamin Gomez, juillet 1928

Cet intérêt précoce pour l’architecture du XXe siècle, et en particulier pour la villégiature, se concrétisa dans un inventaire topographique, dont les objectifs furent de poser les bases d’une réflexion sur l’histoire des stations balnéaires en Aquitaine et sur le régionalisme architectural, en l’occurrence néo-basco-landais.
À la suite de cette opération, le service entreprit dans les années 1990 une étude ambitieuse sur l’architecture de la villégiature de la côte basque, des années 1850 à 1950. Elle permit non seulement de dresser un portrait éloquent de l’espace et de l’architecture de la villégiature, mais aussi d’asseoir sur un corpus significatif l’étude de phénomènes urbains ou architecturaux importants qui dépassent, par leurs enjeux, le strict cadre local (formation de la ville balnéaire, mise en place des équipements aux XIXe et XXe siècles, mise au point et diffusion d’une architecture régionaliste, etc.).
Près de cinq mille édifices ont été ainsi étudiés dans ce cadre.

Vers une synthèse régionale…
Fort de cette spécialité scientifique acquise au fil des années, le service régional du patrimoine et de l’Inventaire a décidé de poursuivre dans cette voie en suscitant et en accompagnant une thèse sur un sujet ô combien essentiel : la Mission interministérielle d’aménagement de la Côte Aquitaine qui, créée en 1967, est à l’origine de la physionomie actuelle de notre littoral. En 2010, un inventaire topographique de la commune d’Arcachon débuta par ailleurs, avec l’objectif de l’étendre à l’ensemble du pourtour du Bassin.
Cette étude, toujours en cours, propose de prendre en compte les caractéristiques historiques, typologiques et stylistiques du patrimoine de ce territoire dans son contexte politique, sociologique et même idéologique lorsqu’il s’agira de l’implication de la famille Pereire et du saintsimonisme. À terme, et c’est bien là l’ambition que nous nous donnons, toutes ces recherches, associées à d’autres sur des pôles comme Soulac, Lacanau ou Mimizan, permettront d’établir une synthèse régionale sur l’histoire de la villégiature balnéaire en Aquitaine.
Afin d’appréhender le phénomène de la villégiature dans toutes ses composantes, un inventaire topographique de la ville de Pau a été également lancé. Pour dresser le portrait d’une région « terre de villégiature », bien d’autres recherches devront donc être conduites, notamment sur le thermalisme, les stations de ski, le phénomène de « bord de ville »… Encore de belles perspectives d’inventaire pour les années à venir.

Éric Cron, chef du service du patrimoine et de l’Inventaire.

Publié dans Le Festin n°89, printemps 2014