Publié le 24 février 2017 dans Les carnets de l'Inventaire

Arcachon, villégiature « idéale »

Arcachon

Les frères Pereire ont été parmi les premiers fervents disciples de « l’utopie saint-simonienne ». Une opération d’inventaire menée récemment sur le patrimoine de la ville d’Arcachon a permis d’illustrer comment une philosophie sociale peut accompagner une création urbaine.

Réseau de la Compagnie des Chemins de fer du Midi, Bordeaux, gare Saint-Jean, peinture murale par A. Malbec, 1898 (c) Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général - M. Dubau.
Réseau de la Compagnie des Chemins de fer du Midi, Bordeaux, gare Saint-Jean, peinture murale par A. Malbec, 1898 (c) Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général - M. Dubau.

L’utopie saint-simonienne

Le « saint-simonisme » est tantôt qualifié de doctrine, de philosophie ou d’utopie. Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon (1760-1825), a donné son nom au mouvement né dans une période de grande foi dans les progrès scientifiques et techniques. Un des principes fondamentaux est énoncé par Michel Chevalier (1806-1879), économiste et homme politique, affirmant en substance que chacun doit trouver sa place dans la société grâce à ses capacités. Chevalier cherche également à convaincre de l’immense utilité des chemins de fer qui, par leur vitesse, multiplient les rapports entre les peuples et les cités.

Les adeptes du saint-simonisme ont connu une courte période militante, qui court d’environ 1825, date de la mort du comte, jusqu’à 1832. Cette année-là, un procès leur est intenté « pour délit de réunion illicite », entraînant la dissolution du groupe. Certains membres s’expatrient vers l’Orient. Le chef de file, le « Père » Barthélemy-Prosper Enfantin, se retire un temps à Ménilmontant avec un petit nombre « d’apôtres » dont la plupart se lancent ensuite dans les affaires.

Train et modernité

Les frères Isaac et Émile Pereire, banquiers, comptent parmi les saint-simoniens tôt convertis. Émile Pereire est le promoteur de la voie ferrée qui joint Paris à Saint-Germain. Cette ligne est inaugurée avec faste en 1837, en présence du fils aîné du roi Louis-Philippe, le duc d’Orléans, entouré des princes et princesses, qui loue désormais cette manière de voyager. La doctrine saint-simonienne passe ainsi de ce qui avait pu être qualifié d’utopie à des réalisations concrètes. Bien que prônant une philosophie universaliste, les Pereire, propriétaires de la Compagnie des chemins de fer du Midi, vont favoriser le développement de leur Sud-Ouest natal, comme créateurs et promoteurs de la ville d’Hiver d’Arcachon. Le prolongement de la ligne de La Teste à Arcachon en 1857 a été essentiel pour cet important projet immobilier. Le train a convoyé les matériaux de construction, parfois préfabriqués, pour les villas, avant d’assurer le transport régulier et aisé des propriétaires ou des locataires vers leur lieu de villégiature. Les touristes bordelais pouvaient se rendre dans la journée à la mer pour un bain ou une promenade. Les visiteurs venaient aussi de l’étranger, notamment d’Angleterre et d’Allemagne. L’établissement de la gare d’Arcachon à mi-chemin entre les lotissements du riche Adalbert Deganne et celui des Pereire, favorise donc les opérations immobilières et la construction de villas jusqu’à la plage et en ville d’Hiver. La création d’une « société idéale », concept tout droit issu de l’Utopia de Thomas More, inventeur du concept d’utopie, nécessite des moyens, financiers en premier lieu. Le Crédit Mobilier fondé par les Pereire en 1852 était destiné à soutenir l’industrie, le commerce et les grands travaux d’utilité publique. Comme le montre Arcachon, les initiatives privées ont pu aussi être des réussites : les saint-simoniens, idéalistes et heureux en affaires, continuent de rendre tout aussi heureux les Arcachonnais résidents ou de passage.

Bertrand Charneau, chercheur au service du patrimoine et de l’Inventaire, Région Nouvelle-Aquitaine

À lire : Charneau Bertrand. Arcachon : Gironde. Éditions Confluences, 2016 (coll. Visages du patrimoine en Aquitaine).

Publié dans Le Festin n°100, hiver 2017

Ajouter un commentaire

* champ obligatoire

*
*
*

*