Les bergeries de parcours. Requiem pour une lande défunte

Publié le 12 juin 2019 dans Les carnets de l'Inventaire

La vente des landes communales, jusqu'alors parcourues comme pâturage, puis leur conversion en terres sylvicoles à partir de 1857, ont signé la fin progressive de l'activité pastorale dans la Haute Lande. Les moutons et leurs pâtres ont depuis déserté les lieux ; bergeries de parcours, abris et chênes têtards, désormais abandonnés, s'effacent progressivement du paysage.