De l’eau plein les mottes

Publié le 27 août 2015 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

L’enquête d’inventaire à Macau et Ludon-Médoc est venue confirmer l’hypothèse selon laquelle le cours de la Garonne était bien plus large à l’Antiquité et même jusqu’au milieu du Moyen Âge (1). Les vestiges d’occupation ancienne retrouvés sous forme de mottes, leur positionnement, combinés à l’étude de documents d’archives et de cartes anciennes, permettent d’esquisser un nouveau trait de côte en aval de Bordeaux.