Un projet de lazaret sur l’île de Patiras

Publié le 10 avril 2017 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

L'estuaire de la Gironde, axe majeur de communication et de commerce international, constitue à la fin du XVIIIe siècle, une entrée privilégiée pour les maladies infectieuses et contagieuses. Provenant des contrées subtropicales et de la Nouvelle Angleterre, elles sont introduites par les nombreux navires en transit sur le fleuve.

Dans le port de Saint-Estèphe

Publié le 31 août 2016 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

En contrebas du village de Saint-Estèphe, le long de l’estuaire, l’ancien port de la commune, dit de La Chapelle, conserve un bel exemplaire de « peyrat », ces cales saillantes construites en grand nombre sur les rives de l’estuaire pour permettre le débarquement des marchandises, en particulier à marée basse. Il complétait le chenal de refuge qui offrait aux embarcations un havre à l’abri des vents et des courants violents.

Les travaux cyclopéens de l'île Cazeau

Publié le 11 avril 2016 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

L’archipel, qui s’étire entre Macau et Pauillac dans les eaux tumultueuses de l’estuaire de la Gironde, est le fruit des courants et des limons charriés au gré des marées. Ces espaces mouvants, prétendûment sauvages et naturels, ont pourtant été domptés et façonnés par l’homme afin d’améliorer la navigation jusqu’à Bordeaux.

Les graffitis, un patrimoine estuarien fragile

Publié le 17 février 2016 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

De nombreux graffitis anciens, datables essentiellement du XIXe siècle et représentant généralement des bateaux, ont été repérés sur les murs de divers bâtiments des communes des bords de l’estuaire. Leur repérage permet de dessiner une carte de la sensibilité des riverains au proche estuaire, comme un "appel du large".

Patrimoine en archipel

Publié le 16 juin 2011 dans Les communes riveraines de l’estuaire de la Gironde

L’archipel des îles de l’estuaire, au cœur de l’aire d’étude inventoriée, recèle un patrimoine naturel riche et varié. Le patrimoine bâti y est tout aussi important et témoigne des efforts de valorisation agricole des terres insulaires qui furent entrepris ici, surtout depuis le XIXe siècle.