Des visages pour Urrugne

Une histoire mouvementée

Une histoire mouvementée

Si la présence humaine est attestée à Urrugne dès l’âge du bronze moyen (vers 1500 av. J.-C.), à travers notamment la présence de dolmens, le bourg en tant que tel n’apparaît qu’au Xe ou XIe siècle et s’est constitué autour du noyau formé par l’église, devenue une halte jacquaire sur le « Chemin des Anglais », dit aussi « Voie de Soulac ». Le château d’Urtubie apparaît par ailleurs dès 1149 sous le toponyme Urtubia et apporte une preuve supplémentaire de la structuration du territoire autour de pouvoirs désormais bien en place. 

La situation d’Urrugne sur la route royale reliant Paris à Madrid, ses voies de circulation à travers les reliefs et son débouché sur la Bidassoa en font une commune de passage entre deux pays. Elle fut pendant plus de 2500 ans, non seulement un témoin aux « premières loges » de l’histoire européenne, mais aussi une commune meurtrie par les nombreuses incursions des peuples du nord de l’Europe ou des royaumes de France et d’Espagne en quête d’exploration, de colonisation ou d’expansion. Cette situation frontalière constitue l’une des identités les plus fortes d’un territoire que l’on traverse trop rapidement, sans en admirer les nombreuses richesses.

Entrée de l'église
Entrée de l'église
Villa Urrun latéral
Villa Urrun latéral