Le Lot d'Aiguillon à Castelmoron. Le Confluent

À Laparade et ses environs

Vue d’ensemble de la bastide depuis les bords du Lot
Vue d’ensemble de la bastide depuis les bords du Lot

Véritable balcon sur la vallée du Lot, la bastide en bordure de plateau a été fondée en 1265 sous le nom de Castelseigneur, par contrat de paréage entre l’abbé de Clairac et Alphonse de Poitiers, frère du roi de France. Le plan orthogonal appartient au « modèle aquitain », caractérisé par la place centrale avec l’église encadrée par huit îlots.

La halle reconstruite vers 1762 comporte une structure de bois de quinze poteaux soutenant la charpente à enrayure. Deux puits aux angles de la place assuraient l’approvisionnement en eau.

Les fortifications, encore partiellement visibles au nord malgré leur démantèlement sur ordre de Louis XIII, se composent d’un mur d’enceinte en pierre doublé de douves.


Près de Laparade, le pont suspendu de Roussanes, construit en 1841, est le dernier exemple de ce type d’ouvrage sur le Lot en Agenais. Les pylônes en pierre de taille soutiennent le tablier d’une portée de 112 mètres, pour une longueur totale de 186 mètres.

La recherche de régularité dans les plans et d’ordonnancement des façades des maisons de maître ou châteaux de Barry, Caussinat, Larouy, ou encore Poudepé à Laffite-sur-Lot, sur la rive opposée, illustre l’évolution de constructions rustiques en résidences d’agrément au XVIIIe siècle.