Les maisons de campagne autour de Bordeaux

Le territoire

Plan de Bordeaux et de ses environs
Plan de Bordeaux et de ses environs

Le territoire occupé par les 27 communes composant la Communauté urbaine de Bordeaux se caractérise par la variété du relief et la nature du sol. De part et d’autre du grand axe que forme la Garonne se rencontrent des coteaux parfois abrupts sur la rive droite, des croupes calcaires séparées par les vallées des petits affluents du fleuve. Sur la rive gauche, des zones basses et humides ou « palus », des marais plus ou moins asséchés, le plateau landais au sol sablonneux vers le sud du territoire. La couverture végétale a toujours été naturellement variée, mais elle a changé au cours des âges. Les trois éléments qui la composent sont les prairies ou cultures diverses dans les zones basses, la forêt de pin qui a remplacé les landes dans la partie occidentale au cours du XIXe siècle, la vigne partout où le terrain lui est favorable. La densité des maisons de campagne était très inégale dans les différentes paroisses de la banlieue de Bordeaux et même à l’intérieur de certaines d’entre elles. Plusieurs facteurs expliquent cette différence. La proximité de la ville jouait un rôle évident et aux XVIe et XVIIe siècles des habitations de plaisance étaient situées près des remparts. Des voies de communication commodes, routes ou fleuves, ainsi que la qualité du terroir, favorisaient le choix d’un emplacement. Par exemple si le terrain était propice à la culture de la vigne. Les agréments du site n’étaient pas négligés : les bords de la Garonne ou de la Dordogne, ou encore les situations élevées étaient recherchées. La présence de sources ou d’étangs ajoutait du charme aux parcs ou au jardin.

P.R.