Les maisons de campagne autour de Bordeaux

Le domaine

loupeMaison d'Escure à Bordeaux
Maison d'Escure à Bordeaux

Un portail monumental précède une longue allée ombragée d’ormeaux jusqu’à la cour flanquée des chais, cuviers, logements de paysans et autres dépendances. Au fond, s’élève la maison de maître. Au-delà, s’étend le parterre, le verger, le potager et l’orangerie. Souvent un vivier vient compléter la petite composition bornée par une garenne ou, à défaut, par des charmilles. Une fontaine, quelques statues provenant d’Italie, animent ces espaces. De ce chef de domaine s’échappent des allées rectilignes, bordées de fruitiers, qui découpent les pièces de terre de l’exploitation. Cette structure, toujours orthogonale, apparaît dans le courant du XVIIe siècle, avec l’introduction du style français, et triomphe au siècle suivant. Elle règne partout, quelle que soit la taille de la propriété ou sa topographie ; elle s’affirme particulièrement en Bordelais, grâce aux longues « règes » de vigne très ordonnées. Ici, ces biens s’appelaient des « bourdieus ». Lorsque les agréments y prennent le pas sur l’apport économique, on les désigne alors comme « maisons de campagne » ou « de plaisance » et lorsque toutes les terres sont dévolues au jardin, il s’agit de véritables « folies » au sens parisien du terme comme à Raba, à la Maison Carrée, à Aranjuez, à la maison Labottière. Même dans ses expressions les plus excessives nous rencontrons la même image conventionnelle.

A la fin de l’Ancien Régime, les « beaux dehors » et la maison portent seuls les signes ostentatoires de la réussite, et l’on cherche à éloigner, dissimuler par des écrans végétaux, les édifices utilitaires ; mais la construction de l’ensemble domanial n’en est guère modifiée dans sa logique. De même, l’introduction du style paysager, au début du XIXe siècle, s’effectue par de simples adaptations à la nouvelle esthétique et par l’introduction de végétaux exogènes… Acclimatations qui ne sont pas toujours sans rapports avec le souci constant d’utilité pour le domaine et d’avantage pour son propriétaire.

J-P.B.