Le lycée Grand Air d’Arcachon

Un « palais national »

loupeVue aérienne du lycée
Vue aérienne du lycée
loupeVue en perspective
Vue en perspective

Le projet dessiné par l’architecte premier grand prix de Rome (1935) est à la fois imposant par sa capacité d’accueil - plus de 700 élèves -, remarquablement adapté au site dunaire et forestier, enfin d’une qualité architecturale qui fait de cette institution (par son plan, ses élévations et la mise en œuvre des matériaux) un « palais de l’éducation nationale ». Le bâtiment des services généraux en serait ainsi la « maison de maître » composée d’un corps central et d’ailes en retour délimitant la cour d’entrée. De part et d’autre, les bâtiments des classes seraient les corps de « communs », etc. L’ensemble s’inscrit dans un vaste parc planté de pins et de chênes. L’accès depuis le parc à la façade postérieure se fait par un large emmarchement « palatial ».


Outre les bâtiments pour l’administration et les services généraux, le programme prévoit 33 classes pour les 1er et 2e cycles, des ateliers pour un effectif de 200 élèves d’enseignement technique ; un internat pour 300 élèves, des dortoirs, un réfectoire de 464 places, deux salles de réunion des élèves.

Les plans et élévations dessinés par Paul Domenc montrent bien l’attention portée  pour que le grand air « balsamique » du Bassin d’Arcachon circule autour des bâtiments séparés ou reliés par des passages couverts. Les larges baies laissent entrer la lumière et le soleil. À l’étage, des balcons permettent aux élèves de faire des exercices physiques.