Hôtels de Lamolère et Raby : un écrin pour le patrimoine aquitain

Transformations et restauration

Après restauration : espace d'accueil
Après restauration : espace d'accueil
Après restauration : centre de ressources documentaires
Après restauration : centre de ressources documentaires

En 1959, deux ans après avoir acquis l’hôtel Lamolère, la Banque Industrielle et Commerciale du Sud-Ouest (BISCO), décide de remanier entièrement le rez-de-chaussée en y adjoignant le volume de l’entresol. La notice descriptive des travaux accompagnant le permis de construire mentionne la démolition de tous les cloisonnements. De ce chantier date la retaille des tableaux de la baie d'angle pour y placer la porte à deux vantaux, réemployée de l’entrée rue Esprit-des-Lois. Il s’est agi également de supprimer les murs porteurs dans la hauteur du rez-de-chaussée et de l’entresol, après la pose de "poitrails" métalliques.

L’établissement bancaire achète l’immeuble Raby mitoyen en 1973. D’importants travaux sont effectués au cours de l’année 1977 : à l’extérieur (place Jean-Jaurès), remplacement de la porte métallique et de la porte en bois par des châssis fixes en menuiserie de bois ; à l’intérieur, les deux immeubles Lamolère et Raby sont rendus communiquant à tous les étages. La porte d’entrée de Raby est aménagée rue Esprit-des-Lois. La première volée de l’escalier est alors orientée vers le couloir menant à cette porte. Pour comprendre les dispositions d'origine, il faut se référer à l’immeuble Faurie voisin, qui a conservé sa cage d’escalier intacte.

La Région Aquitaine a procédé en 2011 à un complet réaménagement intérieur des immeubles, destinés à abriter la délégation aux Techniques de l’Information et de la Communication (TIC), le Comité Régional du Tourisme (CRT) et le service du patrimoine et de l’Inventaire (Espace PIA). L'installation du service du patrimoine et de l'Inventaire en plein cœur du Bordeaux XVIIIe constitue une nouvelle étape décisive dans l'histoire du déploiement de la compétence d'Inventaire. Ce service peut s'enorgueillir aujourd'hui d'avoir constitué, au cours de 45 ans de recherches, la documentation scientifique la plus importante et le catalogue d'éditions le plus varié sur le patrimoine aquitain. Dans ce contexte, la transmission du savoir et la médiation restent un enjeu prioritaire qui repose sur une ouverture accrue vers le public et les milieux professionnels et universitaires. C'est dans cet esprit de défense de la pluralité des actions en direction des publics que la Région Aquitaine a donc fait le choix d’installer au rez-de-chaussée le centre de ressources documentaires de l'Inventaire et une salle d'exposition.