Hôtels de Lamolère et Raby : un écrin pour le patrimoine aquitain

La ferronnerie, du rocaille au style "sévère"

Grille de l'hôtel Raby
Grille de l'hôtel Raby

Le Musée d'Aquitaine conserve et expose un portail en fer forgé dont la fiche d’inventaire signale qu’il provient de l’hôtel Lamolère, acquis par don de la Banque Populaire alors propriétaire de l’immeuble. Ce portail présente un décor de médaillons où s’inscrivent des ancres marines. Ces éléments paraissent avoir été insérés postérieurement à l’ensemble de la grille dont, par ailleurs, le style et l’assemblage des éléments montrent qu’elle a bien été fabriquée au XVIIIe siècle.
Un relevé daté de 1912 de Louis Blanc, auteur d'un ouvrage sur la ferronnerie à Bordeaux, mentionne l’adresse de l’hôtel Raby. La grille exposée au Musée d'Aquitaine fermait donc le vestibule de cet hôtel jusque vers le début du XXe siècle, époque des croquis.

La ferronnerie de la rampe de l’escalier Lamolère, identique à celle de l’immeuble Boyer-Fonfrède situé à l’autre extrémité de la place Jean-Jaurès, et le garde-corps du balcon régnant sur l’élévation de la place Jean-Jaurès et rue Esprit-des-Lois, présentent la nouvelle tendance "sévère" en vogue à la fin du XVIIIe siècle auprès des architectes comme Lhote ou Victor Louis. En revanche la rampe de l’escalier Raby reste "rocaille", à la mode sous Louis XV. Le heurtoir de la porte du 2 rue Esprit-des-Lois, dessiné par Louis Blanc, a aujourd’hui disparu. À la date du dessin, il était en mauvais état.