Louis et Benjamin Gomez architectes

Les meubles et le décor

Paris, Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, Hall d’un syndicat d’initiative en Pays basque.
Paris, Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, Hall d’un syndicat d’initiative en Pays basque.
Bayonne, avenue du Maréchal- Soult, villa La Caravelle.
Bayonne, avenue du Maréchal- Soult, villa La Caravelle.

« Mon frère est surtout décorateur, je suis surtout constructeur, mais nous étudions ensemble construction et décoration. Mon frère, cependant, conçoit seul ses ameublements ». En s’exprimant ainsi en 1931, Louis Gomez définit parfaitement la collaboration des deux hommes. Comme pour l’architecture, la démarche, en ce qui concerne décor et mobilier, oscille entre les recherches régionalistes (interprétation de meubles traditionnels ou invention de motifs à résonance régionale) et les créations comparables à celles des ensembliers et décorateurs contemporains.

Mais le plus souvent, c’est une symbiose entre ces deux pôles que recherchent les deux frères et singulièrement Benjamin. À propos de cette quête, il est, pour ce dernier, une date dont on ne peut ignorer l’importance, c’est celle de 1925. L’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, à Paris (dite Exposition des arts déco), accueille en effet, au sein de la galerie des ensembles mobiliers français, deux de ses œuvres : un Hall de syndicat d’initiative en Pays basque et un Studio basque.

L’occasion est multiple pour Benjamin Gomez. Elle lui permet de se frotter aux meilleurs créateurs de meubles et ensembliers français. Elle lui fait obligation, étant donné le contexte de la présentation, de réaliser cette symbiose entre l’art régional et les tendances modernes qui sera à la base de bien des réalisations futures. Elle permet la présentation dans un même lieu, en union avec celle de Gomez, d’œuvres d’artisans et d’artistes qui sont ou seront les collaborateurs attitrés de nos deux architectes.