Bâtir pour le vin, l'exposition

Introduction

Chais de Lardimalie, vue d’ensemble du cuvier encadré de deux ailes de chais
Chais de Lardimalie, vue d’ensemble du cuvier encadré de deux ailes de chais
Affiche de l'exposition Bâtir pour le vin
Affiche de l'exposition Bâtir pour le vin

Depuis plus de 45 ans, le service régional de l’Inventaire, aujourd’hui « service du patrimoine et de l’Inventaire » au sein de la Région Aquitaine, mène des campagnes d’inventaire sur les territoires ruraux. Les opérations dites « topographiques » privilégient l’approche territoriale et l’examen de tous les éléments composant le tissu patrimonial d’une aire d’étude. L’Inventaire a ainsi contribué amplement à faire émerger de nouveaux patrimoines.

Si les constructions liées à la vigne et au vin s’inscrivent bien dans ce périmètre et ont fait l’objet de nombreux dossiers documentaires, aucune opération thématique, à l’échelle locale ou régionale, n’a été conduite sur cette question spécifique du patrimoine viticole.

Le bilan est donc contrasté. Si les témoins de l’activité viticole se rencontrent à peu près partout dans l’espace régional, les traces en sont toutefois discrètes et parfois peu discernables. Il en va ainsi des formes architecturales liées à une viticulture paysanne traditionnelle, s’inscrivant dans une pratique de polyculture, qui n’ont que peu à voir avec les réalisations d’une architecture savante et parfois spectaculaires produites dans le cadre d’une monoculture viticole des grands vignobles commerciaux du Bordelais. De même que le cellier seigneurial diffère par sa forme et sa fonction des grandes unités de production viticoles que sont les coopératives, chacune de ces constructions participe, pourtant, d’une trame continue de la civilisation du vin en Aquitaine.

Consulter les conférences des journées d’étude « Bâtir pour le vin en Aquitaine et ailleurs » (10-11 octobre 2013)