Publié le lundi 5 novembre 2018 dans Valorisation du patrimoine

Devoir de mémoire : le cimetière des oubliés de Cadillac (33)

À l'occasion de l'anniversaire de l'armistice de 1918, Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, inaugurera la première tranche des travaux du cimetière des oubliés le dimanche 11 novembre à 10h à Cadillac.

L’origine de l’asile de Cadillac remonte au XIe siècle. En 1617, le duc d’Épernon le transforme pour créer un hospice et il devient asile pour malades mentaux à la suite de la loi sur les aliénés de 1838. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, les malades étaient enterrés dans le cimetière municipal, mais l'arrivée massive pendant la guerre de 1914-1918 des nombreuses « Gueules cassées » oblige la municipalité à acheter un terrain jouxtant le cimetière communal.

Parmi les tombes, on trouve donc celles d’anciens combattants de la Grande Guerre. Détruits mentalement par les combats et la vie dans les tranchées ces nombreux « mutilés du cerveau » ne sortirent jamais des asiles d’aliénés. Morts, enterrés et oubliés, 98 combattants de la Grande Guerre sont regroupés dans un carré militaire du cimetière de Cadillac. Le cimetière des oubliés représente un témoignage unique en France du traitement psychiatrique réservé aux victimes de guerre*.

Soucieux du devoir de mémoire et d’une conservation respectueuse des lieux en Nouvelle-Aquitaine qui y sont liés, Alain Rousset a souhaité que le service du Patrimoine et de l’Inventaire du Conseil régional engage avec la mairie de Cadillac un travail sur un projet complet de valorisation de ce site.

Cette restauration et sa valorisation viendront nourrir un projet plus global de médiation autour des lieux de mémoire de l’histoire du XXe siècle en Nouvelle-Aquitaine. En plus du cimetière des oubliés, il concernera le camp de Gurs, Oradour-sur-Glane et son centre de la mémoire, le centre Jean Moulin à Bordeaux. Il s’accompagnera notamment de publications, d’une exposition itinérante ainsi que d’actions de sensibilisation du jeune public autour de projets éducatifs.

 

Tous les détails sur le déroulement de la cérémonie du 11 novembre dans le communiqué de presse de la Région Nouvelle-Aquitaine.

 

* Par un arrêté du 26 avril 2010 "Est inscrit au titre des monuments historiques, le carré militaire des "Gueules cassées" ainsi que deux carrés de sépultures situés de part et d'autre dudit carré militaire et le mur de clôture du même "cimetières des Oubliés".